Que le monde est petit !

Comme le dit si bien Thierry, le Monde est petit, tout petit. Nous ne sommes pas anonymes, nulle part. La théorie selon laquelle le Monde serait un immense réseau social est peut-être vraie !

Il est séduisant et plutôt rassurant de penser que deux inconnus pris au hasard sont toujours liés. En 1973, Stanley Milgram met au point la théorie du sixième degré. Selon cette théorie, deux invidus sont reliés, avec un degré de séparation d'au maximum 6, par l'intermédiaire de leur réseau de connaissance. Cela nous rapprocherait un peu plus les uns des autres. Nous ne serions pas de simples anonymes dans la foule !

Selon cette téhorie, un degré de séparation existe entre mes amis (ou connaissances) et moi. Les amis de mes amis ont un degré de séparation de 2 avec moi. Et ainsi de suite. Si on estime qu'une personne connaît une centaine de personnes, on arrive rapidement à des nombres impressionants :

  • Niveau 1 : 100 connaissances
  • Niveau 2 : 100 x 100 = 10 000 connaissances
  • Niveau 3 : 100 x 10 000 = 1 000 000 connaissances
  • Niveau 4 : 100 x 1000 000 = 100 000 000 connaissances
  • ...

Au niveau 4, à 100 millions, on a déjà beaucoup plus d'individus que la population française. Donc deux français se connaîtraient nécessairement avec un niveau de séparation de 4. Le calcul est simpliste car il faudrait enlever les personnes éventuellement en commun dès les premiers niveaux ! Mais on comprend en faisant ce calcul pourquoi cette théorie semble si réaliste et pourquoi elle a séduit tant de personnes.

Cette théorie retrouve une seconde jeunesse avec l'avènement des réseaux sociaux type Identi.ca, Twitter ou Viadeo. La plupart de ces réseaux sociaux fonctionnent sur le principe de ces degrés de relations. On ajoute ses amis qui font de même. On se retrouve relié à des personnes qu'on ne connaît pas et qu'on aurait probablement jamais eu l'occasion de connaître. Cela peut permettre de faire de nouvelles rencontres, de se faire de nouveaux amis,...

Même si je comprends qu'on puisse adhérer au concept des réseaux sociaux, je n'aime pas particulièrement ce type de sites pour tout un tas de raisons. La plus génante est l'impression de ne pas contrôler les informations concernant ma vie privée. Ce qui me gêne aussi, dans le peu que j'en connaissance est qu'il n'y a pas de distinction entre un ami ou une simple connaissance. Par exemple, un collègue (qui peut d'ailleurs aussi être un ami !) a le même degré de relation qu'un ami d'enfance ! Le réseau de relations est faussé.

Je ne connaissais pas Yohan. Je le connassais de vue car nous partageons quelques fois le même wagon. Nous avons discuté le temps d'un voyage. Et cette recontre improbable était bien agréable.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.